COLLOQUE « VIVRE EN  VILLE, VIVRE LA VILLE »

Titre de l’Expose : Enjeux et perspectives de l’Architecture au Mali

Intervention d’Abdoulaye DEYOKO Président d’honneur de FACT Sahel et Directeur de l’Ecole Supérieure d’Ingenierie d’Architecture et d’Urbanisme (ESIAU) Mali

Cotonou  18 – 09 – 2019

Notre exposé porte sur deux cas complémentaires.

L’un porte sur FACT Sahel et l’autre sur ESIAU, nous sommes le Président d’honneur du 1er et Directeur fondateur de l’autre. L’un ne va pas sans l’autre.

I. FORUM DES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION EN TERRE (FACT Sahel)

En 2016 un certain nombre d’acteurs de la construction (Ingénieurs, architectes, urbanistes, maçons, sociologues etc.). ont décidé de conjuguer leur effort pour créer une association dénommée FORUM DES ACTEURS DE LA CONSTRUCTION EN TERRE en abrégé FACT Sahel)

Le FACT Sahel+ fédère aujourd’hui plus d’une cinquantaine de professionnels

L’assemblée générale permet de réunir tous ses acteurs, de finaliser les actions menées au courant de l’année et de déterminer les actions futures.

 Lors de cette rencontre, des conférences thématiques et des réunions de travail sont organisées afin de consolider l’organisation du réseau et de  proposer également des actions grand public : expositions, médiathèque éphémère, tables rondes et ateliers ludo-éducatifs.

.Cette année (2019) l’exposition Architecture en terre d’aujourd’hui  a circulé dans plus de neuf lieux avec pour principal impact de faire découvrir les aspects contemporains de l’architecture en terre,

FACT Sahel a  également été  invité à faire partie du jury de Bogo Ja.

BogoJa ou l’image, le reflet, du banco terre en langue Bamanan, est un festival qui existe depuis 6 ans  et qui porte sur la décoration des maisons construites en terre (banco) dans le village de Siby à 30km de Bamako

Les décorations des maisons, des clôtures et des greniers du village mettent les femmes en compétition dans les quatre quartiers du village et jouent un grand rôle dans la conservation de l’habitat traditionnel au Mali.

Les images de cette manifestation sont exposées lors du festival, en Espagne, au Costa Rica, en Angleterre, au Danemark, en France et actuellement à Cotonou

Il a organisé une exposition des travaux des lauréats du TERRA Award Sahel+ pour découvrir l’architecture en terre

Cette exposition a présenté  40 bâtiments finalistes parmi les 357 projets dau concours TERRA Award          Ce premier prix TERRA Award des architectures en terre crue a été initié par Dominique Gauzin-Müller, par CRATerre, et par la chaire UNESCO « Architectures de terre, cultures constructives et développement durable ». Ce prix met en lumière les différentes techniques et innovations dans le monde de la construction à partir de matériaux en terre crue.
Voici la liste des tableaux  dont 30 sont été exposés en ce moment à l’Institut Français du Benin

1 – Expo Terra Award international (11 panneaux)

o   2 panneaux informatifs : la terre crue, matériau de transition écologique ET Wang shu , ambassadeur de l’architecture en terre

o   9 panneaux illustratifs :

§  Equipements :

·         Bibliothèque communautaire : Ambepussa, Sri Lanka

·          Centre pour le bien être des femmes, Burkina Faso

·         Centre d’interprétation du patrimoine archéologique

§  Habitat :

·         Maison Munita Gonzales, Chili

§  Bâtiment d’activité :

·         Marché Central, Burkina Faso

·         Villa Janna, Maroc

·         Conservatoire européen des échantillons de sol, France

§  Développement local :

·         Ecole de couture, Niger

·         Reconstruction d’un village après séisme

 2  Expo Terra Sahel (21 panneaux)

§  Equipement hôtelier :

·         Hôtel Onomo, Sénégal

·         La Maison Rouge, Mali

·         La Campement, Mali

·         Hôtel Nanagaleni, Mali

§  Equipement scolaire :

·         Lycée professionnel, Mali

·         Ecole maternelle d’Aït Ahmed, Maroc

·         Prototype salle de classe, Maroc (C63)

§  Equipement public :

·         Maison des Yvelines, Sénégal

·         Pavillon de l’architecture en terre, Niger

·         Bibliothèque d’école, Framed escape library, Ghana (C43)

·         La maison des enfants de Dakar, Sénégal

§  Bâtiment d’activité :

·         La termitière, Burkina Faso

·         Geres, Mali

·         P3 : Plastique, Projet et Pochette au Burkina Faso

§  Transmission Les Femmes bâtisseuses :

·         Gaoui, Tchad

·         Brique H en étage, Mali

·         Pôle de formation – technique BBSC (Brique Banco Surface Cailloux) au Burkina Faso, Mali, Sénégal, Bénin et Ghana

§  Habitat :

·         Prototype en banco au Musée national Boubou, Niger (C27b)

·         Villa de Guéréo, Sénégal

·         Maison Dom, Mali

·         Habitation auto-suffisante, Maroc

II. ESIAU

L’Ecole Supérieure d’Ingénierie, d’Architecture et d’Urbanisme (ESIAU) située en plein cœur de Bamako la capitale Malienne, privilégie les programmes incluant les matières émergentes telles que l’environnement, la gouvernance, l’urbanisme, la fabrique des villes, les matériaux locaux de construction, l’architecture de terre pour la protection du patrimoine en dégradation etc.

C’est dans ce contexte que l’ESIAU et ses partenaires avec une forte implication du Gouvernement Malien, se proposent de :

  • Encourager la formation universitaire ou supérieure des étudiants d’Afrique sur leur propre continent, en tenant compte des regroupements sous régionaux, évitant ainsi les expatriations vers des universités européennes, les ruptures familiales et la fuite des cerveaux et surtout les catastrophes de la traversée de la méditerranée (beaucoup de perte de vie humaine)
  • Être un cadre pour les professeurs et les étudiants d’Asie, d’Amérique et d’Europe qui souhaitent réfléchir avec les collègues d’Afrique sur la problématique de l’habitat, de l’architecture, de l’environnement et de la formation des cadres en Afrique.

De nos jours, ESIAU assure la formation dans les 3 filières suivantes:

  • Architecture
  • Génie civil
  • Urbanisme – Aménagement
  • Génie informatique

Elle prépare aux diplômes de licence et de master, respectivement trois et cinq années d’études conformément au schéma LMD (Licence, Master, Doctorat) de l’Enseignement Supérieur.

  • Aujourd’hui dans le cadre de la formation initiale (Licence et Master) elle accueille des étudiants venant de divers pays (Cameroun, Congo Brazza, Benin, Burkina Faso, Guinée, Niger, Tchad, Togo …)
  • Elle reçoit aussi, des étudiants provenant d’autres établissements d’enseignement supérieur d’Europe comme l’IUT de Lorient et l’Ecole Polytechnique de Madrid et l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse (principale partenaire depuis sa création)

Elle assure également des formations de courtes durées à la demande des organisations de base et des autorités locales en

  • Elle a tissé plusieurs accords de coopération avec les partenaires suivants  l’Ecole technique Supérieure d’Architecture de Barcelone ou des étudiants de Licence 3 de l’ESIAU vont travailler avec ceux de Barcelone dans le cadre de workshop organisé par les deux écoles.
  • Un accord de coopération avec l’Ecole Nationale Supérieure de Toulouse et l’INSA de Toulouse dans le cadre du soutien pédagogique
  • Une convention de collaboration pour la mise en place d’un master 2 « Conseil aux Collectivités Territoriales en matière de Politique d’Aménagement du Territoire et de Développement Durable » avec l’Université Paris
  •  Une participation au jury de licence à l’Ecole Spéciale d’Architecture de Paris

Dans le cadre de l’Architecture de terre l’ESIAU en partenariat avec l’Ecole Nationale d’Ingénieurs-ABT a élaboré des études architecturales et le suivi des travaux de construction de la Faculté d’Elevage et de Santé Animale de l’Université de Ségou Mali,

C’est un des plus  grands équipements publics en terre stabilisé fiancé par la Banque Mondiale et le Gouvernement Mali.

Cette réalisation montre l’intérêt du Gouvernement Malien dans la promotion de l’architecture en terre d’autant plus que le Mali est un pays d’architecture de terre.

Djenné avec la célèbre mosquée  Tombouctou avec les mosquées Sankoré et Djigareybert, Gao avec la cité des Askia, le Plateau Dogon etc.  sont autant de réalisations en terre qu’il faut préserver et sauvegarder et la formation est un atout nécessaire et  indispensable pour cette tache.

Par ailleurs elle  a participé à plusieurs concours et obtenu des distinctions dont :

  • Le premier prix de la première session des Ateliers Ouest-Africains d’Urbanisme et d’Architecture organisée par la Mairie de Porto Novo (BENIN) et la Communauté d’Agglomération de Cergy Pontoise (FRANCE) à Porto Novo du 30 Juillet au 20 Aout 2010.
  • Le second prix au concours international organisé par Urbanistes Sans Frontières portant sur la restructuration écologique d’un bidonville et adaptation au changement climatique ;les présentations des travaux des lauréats ont eu lieu au Sénat à Paris le 15 Janvier 2014 (Classement Liban 1er Mali 2ème l’Inde 3ème et l’Arménie 4ème ou prix spécial).
  • Deux médailles d’argent au PARC (Pan African Robotics Competition)  du 3 au 9 Juillet 2019 à Central University d’ Accra Ghana avec la participation de 15 pays dont les USA, portant sur  «SmartCity» ou  ville   intelligente.

Enfin certains mémoires de fin d’études de ses étudiants portant sur l’Architecture de terre et le développement urbain  ont été publiés par la Presse Européenne Universitaire en Allemagne. On peut citer :

  1. L’étalement urbain, quelles perspectives pour Bamako ;
  2. Patrimoine architecturale Dogon, changement social et environnemental
  3. Perspectives et alternatives pour le maintien du patrimoine architectural de Djenné

Les étudiants participent :

  • aux manifestations de FACT Sahel
  • aux formations de  chantier- école  avec l’Ecole Nationale d’Ingénieurs-ABT pour des formations en chantier-école ;
  • à l’encadrement et formation des jeunes en maçonnerie de terre sous forme de chantier école (construction de la maison de la femme en terre stabilisée) en  partenariat avec les travailleurs Maliens de France en particulier l’Association pour le Développement  de Yélimané en France (ADECYF)et la  Mairie de Montreuil
  • à la réhabilitation

Actuellement l’ESIAU a une soixantaine d’étudiants provenant du Bénin,  Cote d’Ivoire, Burkina, Tchad, Togo, Cameroun, Congo, Gabon et même de Djibouti.

Cette diversité nous permet d’appréhender la réalité Africaine en matière de culture constructive.

Merci