logo



Bookmaker betfair Bonus review by ArtBetting.co.uk

Bookmaker bet365 Bonus review by ArtBetting.co.uk

Germany bookmaker bet365.de review by ArtBetting.de

Bookmaker bet365 Bonus review by ArtBetting.gr

Afin d’améliorer les conditions de vie des citoyens, notamment en milieu urbain, il faut donner accès à la majorité des familles au foncier, aux services urbains de qualité et surtout aux matériaux locaux de construction et à l’architecture dite de terre.

Pour mesurer les enjeux et dégager en conséquence des perspectives, différentes tentatives ont été faites dans l’utilisation des matériaux locaux et l’architecture adaptée dans la production de logements.

Le logement étant caractérisé comme étant un espace dans lequel le ménage exprime son mode de vie, la satisfaction des besoins du plus grand nombre (surtout une population modeste) passe par la valorisation et l’utilisation de l’architecture de terre. 

La question qui se pose alors est la suivante : qu’est-ce que l’architecture de terre ?

L’architecture de terre est l’une des manifestations les plus représentatives de la capacité humaine à créer un environnement construit avec les ressources disponibles, dans le cas du Mali : la terre (banco).

L’architecture en terre est aujourd’hui caractérisée par une variété de constructions et d’ensembles de constructions, telles que des mosquées, des palais, des centres historiques, des greniers et bien plus.

 L’évidence de son importance dans les villes comme Djenné, Tombouctou à travers les siècles a conduit à sa reconnaissance en tant que patrimoine commun de l’humanité. A ce titre, l’architecture en terre mérite que la communauté internationale se mobilise pour lui apporter protection et conservation.

Par ailleurs, le mot « TERRE » renvoie à toute la philosophie bambara de la production, de l’habiter et de se vêtir :

  • Dugu Kolo : espace de production agricole
  • Bo Go lan : habit en terre
  • Bo Go so : maison en terre

 Aujourd’hui l’architecture de terre est sérieusement menacée par les catastrophes naturelles (inondations, tremblement de terre, etc.), par l’influence humaine (industrialisation, nouvelles technologies, disparition des pratiques traditionnelles de conservation, etc.), par le manque de formation (absence d’école formant les jeunes en la matière, et.).

 En 2001 le Comité du Patrimoine Mondial a approuvé la création d’un programme de conservation de l’architecture en terre afin de développer des politiques de conservation, de revitalisation et de valorisation des biens architecturaux en terre, ainsi que les capacités des autorités communales, régionales et nationales, des gestionnaires des sites et des experts techniques.

Ce programme en cours sous l’égide du Ministère de la Culture à Bandiagara, à Djenné et à Tombouctou mérite toute notre attention : le volet formation est inscrit dans notre programme formation de M’Péba, Cercle de Ségou.

La pose de la première pierre et l’inauguration du Centre ont été faites par le Ministre de la Culture, c’est dire combien ce projet est soutenu par le Gouvernement du Mali.